Une  collection   importante   ne  peut    se  suffire  des pièces  que  vous  prélevez,  serait-ce  en  grand  nombre, encore   faut-il   tirer profit  du  contact  privilégié  avec les plongeurs  du  monde  entier  nourrissant  les  mêmes   désirs que  sont  les vôtres, la  propriété  de spécimens différents, convoités.
 
         Les  difficultés  sont   importantes,  parfois  insurmontables la  barrière  de  la langue  faisant  office  de sanction  dans  les rapports. Une confiance  mutuelle  doit   s’installer   entre  les partenaires. 

        La  déconvenue, parfois au rendez-vous, ternit  
la  qualité du contact.  

       Une  deuxième  vie  se  profile  à  l’horizon... Des idées  germent   dans  la  tête  de   chacun,  se  cristalisent   pour,  en  définitive  se  rejoindre...  Pourquoi  ne   pas  associer  l’utile   à  l’agréable,  confondre  les   raisonnements  réciproques,  utiliser  le  produit  recueilli  afin de  concevoir  un  nouvel  avenir,  pratiquer   une  activité   inédite   qui devait   très  vite  devenir  « dévorante »  . . .

  Animés  d’intentions  originales, Maryse  et  Raymond  se  lancent  alors  à  corps  perdu  dans l'aventure,   la  concrétisation   d' un   projet   un  peu fou, pour  le  moins « aventureux »... Leurs  trois enfants bien  malgré  eux  suivront   le  périple  ascensionnel  de  leurs  parents,  avec  les  craintes qu’inspirent  des  situations   parfois  rocambolesques. 
 
        L’héritage   des  initiatives   hardies, risquées,  prouva   que   tout   est   possible  à  condition  toutefois  de   ne   pas  être   empirique .

        N’ayant  d’exemples  auxquels  se  référer,  nul doûte  qu’il  fallait  regarder  devant  et  ne  jamais  se retourner .




    Raymond Lanternier  Lagon de  Tahiti (à  40 m.)
Les PUCES à Sainte  Musses (Toulon - 1976)